Linguistik online 11, 2/02

Les femmes et le langage selon Charles Bally: "des moments de décevante inadvertance"?

Sylvie Durrer (Lausanne)

 

Abstract

Les problématiques rassemblées parfois sous la désignation de "Language and Gender" figurent également dans les publications du linguiste suisse Charles Bally. Cet axe de réflexion, qui n’a guère été remarqué dans son œuvre, mérite d’être mis en lumière, non pas pour faire de Bally un féministe avant l’heure, mais simplement, parce qu’il nous semble important de documenter l’histoire d’une problématique en plein essor. Cet article a donc pour objectif de montrer que la question du traitement des femmes et du féminin par la langue française suscite de nombreuses réflexions dès la fin du XIXe. Il s’agira de procéder à une histoire critique d’un épisode de la "linguistique générique", afin de voir si les actuelles thématiques de cette orientation sont abordées, sous quels aspects, dans quels contextes, avec quels résultats, etc. On pourrait alors être surpris-e de découvrir que Charles Bally n’était pas un cas isolé, mais qu’un grand nombre de contemporains (Nyrop, Brunot, Vendryès, Damourette & Pichon, Dauzat, etc.), se sont eux aussi interrogés, plus ou moins longuement, sur les rapports entre les femmes, le féminin et le langage. Les réflexions "génériques" de Bally et de ses confrères ne sauraient donc être regardées comme de simples "moments décevante inadvertance".


 

full text